Ils ont voyagé à vélo cet automne

Un long week-end à vélo sur les routes de Provence

par Valentin, Abicyclette Voyages

À la fin du mois de septembre, j’ai voyagé à vélo pendant 4 jours à la découverte de la Provence. Et quel régal d’y pédaler en ce début d’automne ! Températures douces et soleil au rendez-vous. Avec des étapes de 30 à 60 kilomètres, le parcours concocté m’a permis de sillonner la région du Haut Vaucluse située entre Avignon, le massif du Ventoux, les Baronnies provençales et Orange.

J’ai principalement pédalé sur de petites routes peu fréquentées par les automobilistes. Quelques chemins cahoteux entre les vignes ou des champs d’oliviers et d’amandiers ont pimenté l’itinérance. Aussi, j’ai emprunté plusieurs voies vertes notamment la ViaRhôna entre Orange et Avignon et la Via Venaissia autour de Carpentras. Des aménagements en site propre bien conçus à l’écart de la circulation automobile.

Les étapes autour des Dentelles de Montmirail, du mont Ventoux et de Vaison la Romaine étaient vallonnées avec de belles côtes à gravir et même quelques raidards à plus de 10%. En effet, les villages perchés se méritent. Parmi les plus beaux, je peux citer ceux de Séguret, de Crestet, du Barroux mais aussi de Châteauneuf du Pape plus proche du Rhône. Mais qu’on se le dise, en Provence les efforts sportifs ne sont jamais vains ! Ils sont récompensés par de formidables panoramas et aussi par des dégustations de produits du terroir. Après une rude ascension de 3 kilomètres pour grimper au château du Barroux, je garde en mémoire la dégustation de whisky fait maison à base de petit épeautre dans une salle de ce château médiéval. Même expérience à Châteauneuf du Pape avec la dégustation de vin à la vinothèque du village après une série de montées dans les vignes.

Le Haut Vaucluse ce sont également des sites antiques d’exception. La visite guidée de Vaison la Romaine et celle du théâtre romain d’Orange m’ont permis de mieux appréhender cette période de l’histoire. Et que faire des vélos pendant ces visites ? La plupart des sites sont classés accueil vélo. Le plus souvent vous pouvez stationner vos vélos tout près des sites de visite et en sécurité. Sans aucun doute, l’automne est l’une des meilleures saisons pour découvrir la Provence. Le soleil y brille encore la plupart du temps, les températures y sont chaudes (entre 20 et 25°C en général) sans être caniculaires comme durant l’été, les touristes y sont plus épars et les couleurs flamboyantes subliment les paysages de vignes qui habillent la vallée du Rhône et les collines du Vaucluse. A découvrir à vélo !

2 jours au Nord de la ViaRhôna : des rives du Lac Léman à la vallée du Rhône

par Morgane, Abicyclette Voyages

Le voyage débute pour moi au cœur du petit village d’Yvoire, sur les rives du Lac Léman. Très joliment fleurie en période estivale, cette petite cité médiévale offre à l’automne une ambiance paisible et ressourçante. À travers les champs de tournesols et les vignobles régionaux, avec, entre quelques éclaircies, le Massif du Mont Blanc et arrière plan, la ViaRhôna nous mène le premier jour jusqu’à Annemasse, située aux portes de la Suisse. Cette portion de la Véloroute nº1 n’étant par endroit pas tout à fait achevée, l’itinéraire nous fait parfois passer par de petites routes régionales peu fréquentées. En fin de journée, nous empruntons un petit sentier forestier le long de l’Arve où le flamboyant des arbres de l’automne se mêle aux superbes bleus des rivières montagnardes. Nous dînons le soir au restaurant l’Observatoire, offrant un point de vue à couper le souffle sur Genève et une cuisine à base de produits locaux de qualité. 

Après une bonne nuit de sommeil, nous bouclons à nouveau nos sacoches pour quelques kilomètres le long du Rhône. L’automne est là, ne l’oublions pas : je porte donc un sous-pull et une veste en laine Mérinos, mais également un imperméable pour couper du vent. J’emporte aussi avec moi une paire de gants très fins, et un pantalon de pluie pour le cas où (je n’en aurai finalement pas besoin, la météo ayant été une nouvelle fois clémente). Le petit plus pour moi : jamais sans mon tour de cou ! 

Après un passage plus urbain par Genève, où il est facile de circuler grâce aux différents aménagements vélos, nous suivons donc les traces de la ViaRhôna à travers les campagnes, vignobles et petits villages, en zig-zaguant entre la France et la Suisse (n’oubliez pas de couper vos données mobiles à l’étranger si votre forfait n’est pas adapté !). 

Après une pause pique-nique bien méritée, au milieu des vignes rougeoyantes, nous entamons la dernière étape de ce voyage, en direction de Collonges. Pour cela, nous quittons l’Eurovélo 1 et débutons une belle ascension sur les derniers kilomètres. Je dois avouer qu’à ce moment-là, j’apprécie particulièrement mon vélo électrique, me permettant de suivre le rythme de mes compagnons de route tout en profitant des jolis paysages vallonnés alentour.

Dans l’après-midi, après notre arrivée à Collonges, nous reprenons la route en direction du Fort L’Ecluse. On passe en début d’après-midi avant que l’itinéraire ne se charge des travailleurs trans-frontaliers… Le Fort est un lieu stupéfiant, parfaitement rénové et offrant un panorama plongeant sur la vallée du Rhône.

Je retiendrai de cette escapade sa palette de couleurs et d’odeurs automnales, une météo parfois couverte mais globalement clémente, le long d’un itinéraire aux paysages divers et accessible à chacun. La Viarhôna, du lac Léman à la Méditerranée, offre des paysages diversifiés et un patrimoine culturel et gastronomique très riche. C’est une véloroute qu’il me tarde de découvrir dans sa globalité et en toute saison !

4 jours à parcourir les plus belles voies cyclables de Flandre

par Johanne, Abicyclette Voyages

En cette fin de saison estivale 2022, j’ai eu l’occasion de partir sur les routes de la Belgique, plus particulièrement sur les voies cyclables de la Flandre.

La première chose qui m’a étonné en arrivant est le réseau gigantesque de voies cyclables. Les vélos sont présents partout, et tout est relativement plat. Les balades à vélo sont faciles, à la fois physiquement mais aussi au niveau de la création des itinéraires. Le balisage se fait grâce à des numéros inscrits à chaque intersection, permettant de se repérer aisément. La Flandre joue de plus en plus sur cette notion de cyclotourisme et développe des itinéraires parcourant l’ensemble de la région. Il existe notamment 9 pistes iconiques que je vous conseille de découvrir avant de prévoir votre séjour belge.

Lors de ces 4 jours, j’ai pu observer 3 facettes de ces circuits : la nature dans le Limburg, l’architecture aux alentours de Bruges et l’histoire de la Première Guerre Mondiale à la frontière franco-belge. Chaque territoire possède un petit quelque chose qu’il est intéressant d’explorer.

Quand on parle de Belgique, le vélo sous la pluie est un incontournable. Je n’ai pas raté cette expérience que tout le monde aimerait vivre une fois dans sa vie (sans aucun doute). Pour affronter cette météo, je recommande vivement à ceux qui souhaitent découvrir cette belle région verdoyante de prévoir un imperméable, un pantalon de pluie et bien sûr des vêtements de rechange bien chaud pour profiter pleinement.

L’automne reste une saison idéale pour parcourir la Belgique à vélo. Les températures peuvent être plus clémentes qu’en été, et les touristes moins présents. Les couleurs automnales sont aussi magnifiques à voir, notamment dans les forêts du Limburg.

Autre aspect au combien important : la gastronomie. Pays de la bière et du chocolat, de nombreuses boutiques et cafés/restaurants sont l’occasion de faire des pauses tout au long de votre parcours et repartir en selle requinquée !

Parcourir les routes de Flandres fut une expérience très enrichissante. Cela me donne envie de poursuivre l’exploration de la Belgique à vélo, et pourquoi pas aussi de ses pays voisins comme les Pays-Bas ou l’Allemagne.

Guide micro-aventure
«